Primes de motivation MINEFID: un mot «à la hausse » s’est glissé subtilement dans l’arrêté(Remis Dandjinou, porte-parole du gouvernement)

Contrairement aux affirmations du ministre des Finances justifiant la décision des primes de motivation par le souci de régler la dette des agents du MINEFID sur 3 ans, le décret signé par lui-même fait plutôt cas d’un traitement permanent qui peut être «revu à la hausse » chaque 3 ans. Mercredi à l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou a reconnu qu’il y a «manipulation » dudit texte. «C’est une question délicate. Cela a fait l’objet d’un débat vif au niveau du conseil des ministres parce que les ministres n’ont pas retrouvé ni dans le décret ni dans l’arrêté les termes de ce que nous avions convenu. Un arrêté rectificatif a été pris et en ce qui concerne le décret, il y aura un décret rectificatif. Nous faisons la part des choses entre la prime de motivation qui est inscrite dans la loi et les mesures d’accompagnement qui devaient mises en œuvre pour une période de trois ans » a-t-il expliqué ajoutant qu’un ajout subtil a été fait : «Un mot «à la hausse» s’est glissé subtilement dans l’arrêté donc l’arrêté a été corrigé dès le lendemain par le ministre en charge de la question et aujourd’hui nous avons abordé la question qui également sera corrigé.»

Le porte-parole du gouvernement qui n’a pas précisé si son collègue des Finances a lu le texte avant de signer, se veut rassurant quant à la suite qui sera donnée à cette manipulation : «les responsabilités doivent être situées pour savoir comment il peut y avoir une telle manipulation d’un texte, ça pose le problème de la responsabilité des différentes chaines même au niveau de la procédure des propositions ont été faites pour que nous puissions prendre des mesures pour qu’il n’y ait pas de manipulation.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *