- A LA UNE, Economie, Politique

Nouveau gouvernement Dabiré : les 4 vérités d’au revoir de Rosine Sori/Coulibaly

Dans un message d’au revoir, teinté de son franc-parler habituel, posté par la Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) dès l’annonce de la composition du nouveau gouvernement formé par le nouveau Premier, Christophe Joseph Marie Dabiré dans l’après-midi de ce jeudi 24 janvier 2019, Rosine Sori/Coulibaly fait remarquer que « vous ne pouvez pas accomplir des changements fondamentaux sans une certaine dose de folie ».

J’ai été appelée en janvier 2016, de par la volonté de Dieu et du Président du Faso, à servir comme ministre de l’économie, des finances et du développement (MINEFID). Au moment où je quitte mes fonctions, ma gratitude va à l’endroit du Président du Faso et du chef du Gouvernement pour cet honneur et ce privilège. Je salue l’œuvre de tous ces collaborateurs qui ont servi admirablement à mes côtés, dans notre mission commune, oh combien noble et exaltante ! Celle de pilotage de l’économie, des finances publiques, de gestion du développement et d’aménagement du territoire. J’ai été tout particulièrement honorée de travailler avec deux collègues, j’ai nommé Madame Edith Clémence YAKA au poste de ministre délégué chargé du Budget et Madame Pauline ZOURE, au poste de secrétaire d’Etat chargé de l’aménagement du territoire. Je voudrais saluer la qualité du travail abattu et les longues heures de travail sous pression de la formidable équipe du cabinet (en particulier la directrice de Cabinet, Madame Clarisse MERINDOL/OUOBA) et de l’équipe de direction, sous la coordination du secrétaire général, Monsieur Seglaro Abel SOME. C’est dans cette synergie que le MINEFID a rempli sa part de mission dans la refondation de la gouvernance économique et financière, pour un Burkina Faso de nos espérances. « Vous ne pouvez pas accomplir des changements fondamentaux sans une certaine dose de folie. Dans ce cas précis, cela vient de l’anticonformisme, du courage de tourner le dos aux vieilles formules, du courage d’inventer le futur. Il a fallu les fous d’hier pour que nous soyons capables d’agir avec une extrême clarté aujourd’hui. Je veux être un de ces fous. Nous devons inventer le futur». En faisant mienne cette citation du Président Thomas SANKARA, je salue, avec déférence, la contribution inestimable de tous et de chacun, à la mise en œuvre des différentes réformes et à l’atteinte des résultats qui sont à mettre à l’actif du département. A tous mes ex collègues du Gouvernement sortant, j’exprime ma fierté d’avoir fait équipe avec eux et pour les défis relevés ensemble. A tous les partenaires techniques et financiers, j’exprime ma gratitude pour la qualité de la collaboration et l’immense contribution à l’œuvre de transformation structurelle de l’économie burkinabè, au profit du bien-être des populations. A ma famille qui a dû subir le diktat de l’agenda d’un ministre de l’économie, des finances et du développement, dans un contexte post insurrectionnel où tout est prioritaire, mais dont le soutien n’a jamais fait défaut, je suis infiniment reconnaissante. A tous ces anonymes dont les conseils, les mots d’encouragement ont été la sève nourricière de nos actions au quotidien, j’exprime ma gratitude. « Dès l’arrivée le départ se profile », nous confiait Philippe Labarthe dit Ylipe. C’est donc le cœur à l’ouvrage et travaillant chaque jour, comme si c’était le dernier de notre mission au Gouvernement, que nous avons servi notre Nation à ce poste. Au moment où je quitte mes fonctions, je pense avec déférence à toutes les générations qui ont servi admirablement ce ministère à différents postes. Je leur rends un hommage mérité pour le patrimoine légué. Je salue la mémoire de tous les travailleurs disparus. A leurs familles, j’exprime, une fois de plus, ma compassion et ma solidarité. « Les grands esprits ont un but, les autres ont des espoirs », affirme Washington Irving. Avec la conviction que les buts nous permettent de repousser au quotidien les barrières de l’impossible, je souhaite à tous et à chacun d’avoir un but car « la pensée alliée audacieusement à un but ambitieux devient une force créatrice », selon James Allen. Je souhaite une excellente mission à la nouvelle équipe dirigeante du MINEFID.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso ! Ouagadougou le 24 janvier 2019

About Omar COMPAORE

Read All Posts By Omar COMPAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *