- A LA UNE, Société

Militaires radiés sur les attaques terroristes:  » nous n’avons rien à voir avec le terrorisme »

Les militaires radiés de la mutinerie de 2011 disent être inquiets quand au silence du gouvernement qui a sur sa table la proposition de leur réintégration dans la fonction publique, proposition qui est un nouveau souffle, car ils disent broyer le noir depuis 07 ans.

Face à la presse ce matin 27 septembre 2018, les militaires radiés ont exprimé leur impatience vis-à-vis de la mise en application de la proposition de leur redéploiement dans la fonction publique. La balle est aujourd’hui dans le camp du gouvernement Paul Kaba Tiéba qui doit prendre un décret. La situation presse selon leur porte-parole Hervé Tapsoba :« nous souffrons beaucoup avec nos familles, surtout avec la rentrée scolaire qui est là. Nous ne savons pas comment assurer un minimum pour permettre une bonne rentrée à nos enfants d’autant plus que se procurer les repas journaliers devient un casse-tête pour la majorité d’entre nous. ».

Les conférenciers du jour n’ont pas manqué de dédouaner leurs éléments qui selon eux sont accusés d’être les premiers recrus des groupes terroristes. Occasion qu’ils ont saisi d’encourager leurs camarades à tenir bon, car pour Hervé Tapsoba : « nous ne devons en aucun cas donner un éventuel prétexte à nos détracteurs et à tous ceux qui veulent nous voir sombrer dans l’abîme des arguments faciles de nous salir. ». Plus loin, il a ajouté que : « la précarité de nos conditions de vie doit d’être le tremplin pour réaffirmer notre patriotisme, notre fierté d’être Burkinabè, dignes et intègres en toutes circonstances. ».

Comme pour montrer patte blanche, le porte-parole des militaires radiés, Hervé Tapsoba, a indiqué que le militaire radié retrouvé sur les lieux de l’attaque de l’État-major général des armées du 02 mars passé, a été relaxé après des enquêtes. Idem pour un des militaires radiés dont le nom figurait sur la liste des personnes recherchées pour participation à une entreprise terroriste. Des dires de Hervé Tapsoba, l’interpellé s’est livré à la gendarmerie nationale. Après vérification, il a été libéré.
Aujourd’hui, la préoccupation des militaires radiés est leur réinsertion dans la fonction publique, comme l’a recommandé le HCRUN.

About Denise COULIBALY

Read All Posts By Denise COULIBALY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *